Précédent
Suivant

2010, au secours des manuscrits de Tombouctou

2010, au secours des manuscrits de Tombouctou

Arkhênum embarque pour une aventure au Mali

Tombouctou est une ville malienne devenue aux 15e et 16e siècles un carrefour cosmopolite de sagesse et d’érudition. Lieu de passage incontournable des caravanes, elle comptait à son apogée 50 000 à 100 000 personnes dont des savants, érudits et familles fortunées. Ces dernières firent réaliser par des scribes des ouvrages sur de nombreuses thématiques (Religion, Arts, Mathématiques, Astronomie, …) pour intégrer leurs bibliothèques privées. En savoir plus sur l’histoire de la ville et son héritage culturel.    

Au fil des siècles et des aléas politiques et géographiques, ces collections uniques ont été éparpillées ou bien cachées. Face à ce constat,  la Région Rhône-Alpes décide en 2009 de confier à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon l’organisation de la numérisation de ces manuscrits.

Jean Pierre Chante, responsable de cette mission au sein de l’INSA, contacte Arkhênum qui accepte à titre bénévole d’assurer le conseil, l’installation sur site d’un atelier de numérisation et la formation d’opérateurs maliens. Le but était de fournir les moyens techniques et humains aux maliens pour qu'ils préservent eux-mêmes leur patrimoine historique.   

Jean-Pierre Chante de l’INSA, Corinne Touller d’Arkhênum et Hamidou Touré, opérateur de numérisation

Phase 1 : Recruter et former les opérateurs à la numérisation

Avant de mettre en place l’atelier de numérisation, il a été convenu entre l’INSA et Arkhênum de former un opérateur de numérisation malien à la numérisation mais aussi à l’installation et à la maintenance du scanner patrimonial. La formation d’Hamidou Touré s’est effectuée à Bordeaux au siège d’Arkhênum pendant 2 mois.   

Dans l’organisation du projet, une équipe de 2 personnes est prévue pour mener à bien la mission. Monsieur Saadou Traoré serait chargé de la préparation des fonds (pagination, récolement, …) pendant que Hamidou Touré numériserait les fonds émanant d’institutions publiques ou bien de collectionneurs privés. L’une des premières institutions publiques à fournir des documents sera l’Institut de Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba.

Madame Namou Sane Haïdara remplacera ensuite Hamidou Touré en tant qu’opératrice de numérisation après avoir été aussi formée par Arkhênum en France.

Phase 2 : Installer le scanner et présenter le projet

Dans le cadre de cette installation à Tombouctou, les équipes de l’INSA et d’Arkhênum sont dépêchées sur place. Christian Chabrier, directeur associé d’Arkhênum et Corinne Touller, cheffe de projets numérisation seront en charge de mettre en ordre de marche l’atelier de numérisation en collaboration avec Hamidou Touré.

Un scanner neuf Copibook de la société i2s est installé avec sa suite logicielle et la configuration informatique (ordinateur avec écran, sauvegarde locale des images sur disque dur, …). L’atelier de numérisation sera situé au sein des locaux de l’Assemblée Régionale de Tombouctou.

Dans le cadre de ce déplacement, Christian Chabrier, à l’époque directeur d’Arkhênum, en profitera pour former les représentants des établissements patrimoniaux locaux à la numérisation patrimoniale. 

La presse se fait le relais de cette initiative notamment Archimag le magazine des professionnels de l’information. Grâce à la base de données La Collection  Archimag, propulsée par notre solution de bibliothèque numérique Limb Gallery, c’est un jeu d’enfants de retrouver les articles qui nous concernent !  

Corinne, notre cheffe de projet de l’époque témoigne

Corinne, maintenant Responsable de la production chez Arkhênum, était la cheffe de projet en charge de la mise en place de l’atelier et de la formation des équipes. Elle se souvient pour nous de cette aventure humaine qui l’a passionnée elle, mais aussi nos équipes en France qui ont accueillies les opérateurs de numérisation maliens venus en formation chez nous. 

Que sont devenus ces manuscrits numérisés ?

Arkhênum et l’INSA, en collaboration avec l’Assemblée Régionale de Tombouctou, et grâce au travail sur place des 2 opérateurs maliens, ont pu numériser une centaine de manuscrits. Malheureusement, le travail en cours a été stoppé et les images numériques perdues suite à l’arrivée des djihadistes dans la région. D’autres opérations de préservation ont depuis repris portées par différentes institutions locales et internationales.

Vous pourrez retrouver sur Google Arts & Culture de nombreuses expositions virtuelles autour de Tombouctou et de ses manuscrits.  

A dans un mois pour la suite de l’aventure Arkhênum…